Quelques notions de Qi Gong 氣功

Publié le 12 Mai 2015

Extrait de Taiji Mag n° 4.  N'hésitez pas à vous procurer le magazine pour la lecture complète de cet article. 

Article écrit par Jean-Jacques Galinier, expert en énergétique et écrivain.


"Le Qi externe Wai Qi 外氣et le Qi Interne Nei Qi 内氣

Avant d’aborder le coeur de cette réflexion qui consiste à dis-tinguer (tenir pour deux) l’externe et l’interne, l’Adret et l’Ubac, le Yin 阴et le Yang 阳, essayons de comprendre les notions d’énergie, de Qi (prononcez Chi), de magnétisme.
Tout dans l’univers est vibrations, mouvements, forces d‘attraction et de répulsion. Ces mouvements, ces myriades de formes qui le constituent semblent être animées par un ordre, une force de cohésion, donnant à chaque forme une structure particulière, remplissant dès lors une certaine fonction explicable ou non.
L’intentionnalité ordonnée provoque des énergies adéquates qui déroulent alors devant nos sens, des formes animées ou pas. Pour se représenter au mieux cette énergie constituante ou non des formes, nous pouvons utiliser l’analogie avec l’image et la symbolique des fluides. En Médecine Traditionnelle Chinoise (MTC) comme en Qi Gong氣功, l’énergie est couplée avec le Sang (Xue 血), utilisé comme son médium qui nous indique, à travers nos sensations corporelles, ses mouvements et ses qualités. Le Qi et le Sang forment un couple Yang/Yin dont la face Yin, le sang ainsi que tous les liquides physiologiques (70% de notre corps) sont à même de nous renseigner sur la qualité du Qi à partir des effets qui en émergent (proprioception). Nous pouvons également comprendre la notion d’énergie grâce à l’électricité, à la base de toutes vies (Bio-électricité, Bio-Photons) et qui peut être transformée en chaleur (par exemple comme dans les radiateurs) par des résistances appropriées et nous renseigner ainsi sur le fait que l’énergie circule plus ou moins bien. Nous ne pouvons pas voir les mouvements électroniques qui induisent les phénomènes électriques mais nous pouvons en ressentir les effets. Ainsi nous pouvons ressentir des picotements, fourmillements, de la chaleur, du froid, les expansions des tissus comme leurs constrictions…
"

 

Rédigé par Jean Jacques Galinier

Publié dans #Qi Gong

Repost 0
Commenter cet article

faget 12/05/2015 15:19

BJR,
merci pour cet article très intéressant et l'excellente initiative de l'écrivain.
Mes amitiés.
Elisabeth