Articles avec #taiji quan tag

Publié le 13 Février 2016

Dans tout le corps, l'intention est orientée vers l'esprit et non vers la respiration. S'attacher à la respiration est cause de stagnation. Celui qui s'attache à la respiration n'a pas de force. Celui qui ne s'attache pas à la respiration a de la force. Le souffle est comme la roue, le taille est comme le moyeu.

Traité théorique du Taiji Quan "Taiji Quan Lun 太 极 拳 论 " Wang Zongyue, 18ème siècle.

Le Taichi Mag n° 7 est en kiosque.

Dans le précédent numéro Jean-Jacques Galinier nous présentait les 5 premiers des 7 piliers fondamentaux du Taiji Quan :

Jiben Gong 基本功 : Travail des bases, des Fondamentaux.

Tao Lu 套路 : Les Enchaînements de mouvements.

Tui shou 推手 : Les poussées de mains.

Wei Jin 喂劲 : Nourrir la force du partenaire.

Dans ce numéro la suite :

Da Gan 大杆 : Travail de la grande Perche.

Fa Jin 发劲 : L'explosivité, la sortie de la Force ou décharge de force.

Nei Gong 内功 : Renforcement Interne.

... il est bien apparent que la respiration ne doit pas se placer au coeur de notre pratique. Tout le long de notre apprentissage, à travers les 7 piliers, nous nous préparons à libérer la respiration de l'entrave du mental, afin que celle-ci devienne de plus en plus naturelle, profonde et subtile, quasi inaudible. Nous nous attachons aux mouvements de la taille et des épaules constituants les clés de notre relâchement dynamique Fang Song 放 松

Article Taichi Mag n° 7, par Jean-Jacques Galinier

Taiji Quan Lun 太极 拳 论 - citations

Voir les commentaires

Rédigé par Petit Scarabée

Publié dans #Taiji Quan

Repost 0

Publié le 21 Novembre 2015

Dans son dernier article écrit  pour  TaichiMag, Jean-Jacques Galinier nous décrit les 7 piliers fondamentaux du Taiji Quan Traditionnel.

Jiben Gong 基本功 : Travail des bases, des Fondamentaux.

Tao Lu 套路 : Les Enchainements de mouvements.

Tui shou 推手 : Les poussées de mains.

Wei Jin 喂劲 : Nourrir la force du partenaire.

Da Gan 大杆 : Travail de la grande Perche.

Fa Jin 发劲 : L'explosivité, la sortie de la Force ou décharge de force.

Nei Gong 内功 : Renforcement Interne.

Les 7 piliers fondamentaux du Taiji Quan traditionnel

Voir les commentaires

Rédigé par Petit Scarabée

Publié dans #Taiji Quan

Repost 0

Publié le 6 Avril 2015

   太 极 拳

Un beau jour de printemps ensoleillé sur ce long week-end est un cadeau propice à la promenade méditative et à la lecture.

Voici un clin d'oeil (pour Céline)... une invitation... un encouragement sur cette voie de la connaissance de Soi avec la pratique du Taiji Quan.

La discipline du Taiji Quan est certainement l'art martial le plus abouti que la Chine ait créé. Il répond bien à cette idée d'harmoniser en nous ces deux versants, Yin et Yang, Connaissance et Art Martial. Le guerrier, en soi, n'est pas seulement, celui ou celle qui a acquis des aptitudes martiales, c'est avant tout une attitude du "faire face", de se tenir debout (deux bouts, racines et feuillage) devant les situations que la vie pour chacun distille.

Extrait du Livre "TaijiQuan, les fondements culturels", JJ. Galinier

Taiji Quan, Les fondements culturels

Voir les commentaires

Rédigé par Petit Scarabée

Publié dans #Taiji Quan

Repost 0

Publié le 28 Octobre 2014

Le Taiji Quan a enfin son Magazine. Dans les 2 premiers numéros vous pourrez lire des articles écrits par Me Jean Jacques Galinier.

 

Dans le numéro 2, il répond à une question que se posent souvent les nouveaux pratiquants, soit quelles sont les différences  fondamentales entre arts martiaux internes et externes. 

 

Bonne lecture

Contact Editeur : Editions IMC, 4 rue Gustave Courbet 75116 PARIS

 

taichi mag

 

Voir les commentaires

Rédigé par Petit Scarabée

Publié dans #Taiji Quan

Repost 0

Publié le 19 Octobre 2012

Par Jean-Jacques Galinier

 

Signification du Taiji - Préambule

 

"Dans les premières traductions françaises consacrées à cette discipline, la transcritpion phonétique faite par "l'Ecole Française" d'Extrême Orient", se lisait Tai Ki K'iuan,  tandis que par l'école Anglaise appelée Système Wade, elle se lisait T'aï Chi Ch'üan. De façon populaire, c'est cette dernière méthode qui a été la plus utilisée dans les écrits parus dans l'hexagone depuis une trentaine d'années. En se simplifiant, elle est devenue Tai Chi chuan dont le terme Chi fera naître une confusion dans l'interprétation en le confondant avec le Chi (Qi) de "énergie".

 

La langue chinoise est relativement complexe et subtile et il semble préférable d'utiliser désormais la romanisation dite Pinyin, que les chinois utilisent officiellement pour rendre au mieux la phonétique des caractères. Avant d'être phonétique, la langue chinoise est basée sur des images évocatrices d'une ou plusieurs idées nommées "Caractères Zi" ou idéogrammes, qui ont pu, au cours du temps, être pononcés différemment tout en conservant leur signification originelle. Cette façon d'écrire développe l'hémisphère droit de notre cerveau qui traite des interprétations globales, corrélées ensuite par l'hémisphère gauche, lequel apporte de la précision.

 

Notre écriture, quant à elle, prend sa source dans le terreau indo-européen, et est basée sur un alignement de phonèmes (sons) donnant par association une image et un sens. Cette écriture se veut précise et de ce fait, utilise en premier lieu l'hémisphère gauche puis le droit avec l'imaginaire que chacun peut développer en fonction du mot cité. Les façons d'écrire ont certainement façonné les différentes cultures et les rapports qu'elles entretiennent avec leur environnement."

 

Extrait du livre "Taiji Quan - Les Fondements Culturels", Jean-Jacques Galinier, FAMEDIA éditions

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Petit Scarabée

Publié dans #Taiji Quan

Repost 0